Français
English

Actus

vendredi 31 janvier
AMERICAN REVOLUTION // ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ

Obtenez les sous-titre en anglais de la vidéo en cliquant sur  

 

 

 

AMERICAN REVOLUTION

 

WILLIAM PARKER CONTREBASSE / DAVE BURRELL PIANO

 

 

On imagine d'emblée de quelle révolution américaine, ce duo se revendique. Celle d'une musique audacieuse et somptueuse. William Parker, qui apprit la musique auprès de Jimmy Garrison et Art Davis, contrebassiste régulier de Cecil Taylor pendant onze ans, a joué avec la plupart des grands musiciens de la scène créative new-yorkaise et associés. Dave Burrell, longtemps pianiste des orchestres d'Archie Shepp, avec des détours chez Pharoah Sanders ou David Murray, pianiste avant-gardiste pratiquant aussi les résurgences de jeu des anciens (Jelly Roll Morton ou Monk...). D'un côté, une contrebasse au rythme robuste et au son dense, de l'autre un piano énergique et percussif aimant la profusion des sons. Donc, une musique de luxe et splendeur.

 

 

 

 

ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ

 

CONCERT INAUGURAL - PROGRAMME EUROPA "PARIS"


OLIVIER BENOIT DIRECTION, GUITARE, COMPOSITION / BRUNO CHEVILLON CONSEIL ARTISTIQUE, CONTREBASSE, BASSE ELECTRIQUE / JEAN DOUSTEYSSIER CLARINETTES, SAXOPHONE TENOR / ALEXANDRA GRIMAL SAXOPHONES TENOR ET SOPRANO / HUGUES MAYOT SAXOPHONES, CLARINETTES / FABRICE MARTINEZ TROMPETTE, BUGLE, SAXHORN / FIDEL FOURNEYRON TROMBONE, EUPHONIUM / THEO CECCALDI VIOLON, ALTO / SOPHIE AGNEL PIANO, CORDOPHONE / JOZEF DUMOULIN CLAVIERS / ERIC ECHAMPARD BATTERIE


Depuis sa création en 1986, l'Orchestre National de Jazz aura vu défiler un certain nombre de personnalités au poste de directeur musical ou artistique - quitte à donner l'impression, voulue certainement, et quelque part bien dans l'éthique de cette musique, d'un orchestre à personnalité multiple. Une fois n'est pas coutume, la nomination d'Olivier Benoit (pour la période 2014/2017) a provoqué quelques remous dans la " jazzosphère ". Quoi ? Un " radical de l'improvisation " à la tête de l'auguste structure : mais où est le jazz, et où va-t-il ?

 

Eh bien, pour commencer, l'ONJ renouvelé (et de quelle manière, avec quelle experte section rythmique et arythmique pour soutenir ou dévoyer quelle ribambelle de jeunes soufflants) va en Europe. Car il n'a pas fallu attendre longtemps pour que se formule un projet au long cours, autrement plus significatif que ces querelles identitaires qui sont, elles, bien dans le mauvais goût de l'époque. Le projet Europa sera donc développé tout au long du mandat d'Olivier Benoit, tel un work-in-progress naviguant de ville en ville et de scène en scène européennes. Et il débutera son périple comme il se doit, par Paris, son port d'attache.

 

Paris inspire, c'est bien connu, les promeneurs qui aiment à s'y perdre. Et c'est à cette promenade subjective que nous convie Olivier Benoit qui signe, en tant que compositeur, le premier opus d'Europa. Le tableau suggestif d'une ville où il fait bon dériver, comme en musique, saturée d'énergie créatrice. Un sujet monumental certes, mais dont le guitariste et son équipage s'emparent avec simplicité, par les petites portes, ruelles, passages et chemins de traverses, où promener une oreille attentive au vent de l'imprévu. Car on visite finalement peu les villes où l'on vit, tandis qu'elles nous habitent bien plus, assurément.

 

Sans jeter un regard analytique, ni littéralement figuratif, la musique que nous propose ce nouvel ONJ est une " impression douce ", comme on parlerait d'une gravure, au gré de laquelle l'auditeur, impliqué, est invité à ajouter son écoute, son regard, inspirés de son imaginaire et de son expérience. Diurne ou nocturne, l'énergie de la ville imprègne cette musique aventureuse, elle emporte l'auditeur dans un maelstrom d'événements sonores jubilatoires : " Paris est une fête " !


Avec le soutien de la Sacem

 

 

 

OLIVIER BENOIT

 

 

Compositeur, guitariste et chef d'orchestre né en 1969, Olivier Benoit multiplie les collaborations et recherches à la croisée de différents domaines : musique improvisée, expérimentale, jazz, musique contemporaine, électronique, danse, théâtre, cirque, vidéo.


Il a participé à des projets pluridisciplinaires avec les chorégraphes David Flahaut et Karole Armitage, la danseuse et trapéziste Clémence Coconnier, le metteur en scène Thierry Roisin (composition pour la pièce de théâtre musical La Vie dans les plis créée en 2011, commande d'Etat).


Olivier Benoit a développé divers projets exigeants, du solo à la grande formation, à travers lesquels - influencé par différents courants de la musique contemporaine qu'il étudie, par la musique improvisée dans laquelle il évolue en tant qu'instrumentiste et par le jazz -, il place le timbre, le rythme et la forme musicale au centre de son travail d'écriture et de création. Membre fondateur du collectif lillois Muzzix jusqu'en mai 2013, répéré et accompagné par le dispositif d'aide aux ensembles de la DRAC Nord-Pas-de-Calais, il y a compté plusieurs formations dont deux orchestres d'envergure : La Pieuvre et Circum Grand Orchestra. Ces derniers lui ont permis d'exprimer et d'imposer ses talents de compositeur, de chef d'orchestre et de directeur artistique, talents qu'il a approfondis en imaginant Feldspath, une réunion de ces deux orchestres comptant trente-deux musiciens.


En parallèle de ses projets, il collabore avec de nombreux musiciens : Jacques Mahieux, Joëlle Léandre, Régis Huby, Christophe Marguet, Bruno Chevillon, Eric Echampard, Sophie Agnel, Jean-Luc Guionnet, Michel Doneda, Edward Perraud, Daunik Lazro, Vincent Courtois, Louis Sclavis... Il a travaillé avec l'ensemble Ars Nova dirigé par Philippe Nahon pour un opéra contemporain et fut soliste de l'Orchestre National de Jazz en 2001-2002 sous la direction de Paolo Damiani.


Olivier Benoit a publié plus de vingt-cinq albums dont une quinzaine en tant que leader ou co-leader. Ses dernières productions : Serendipity, un premier album solo paru en 2011 sur le label Circum-Disc, et le double album live de Feldspath sorti en mai 2013, également chez Circum-Disc.


Au printemps 2013, il est nommé Directeur artistique de l'Orchestre National de Jazz pour un mandat de quatre ans à compter de janvier 2014. Il s'adjoint les services de Bruno Chevillon qui assure auprès de lui un rôle de conseiller artistique et est également musicien de son orchestre.

 

 


BRUNO CHEVILLON

 

Né le 23 août 1959. Evoluant aux confins de la musique improvisée, de la création contemporaine et du jazz libre, Bruno Chevillon s'est imposé comme l'une des voix majeures de la contrebasse. S'imposant comme le plus talentueux contrebassiste de sa génération, il devient l'un des animateurs essentiels d'une famille d'improvisateurs français qui tourne le dos aux académismes et revendique le questionnement esthétique comme moteur créatif. Marqué à l'origine par l'aisance articulée d'un Scott LaFaro ou l'indépendance d'un Gary Peacock, dont il conserve la souplesse des lignes et le drive puissant, Bruno Chevillon révèle un tempérament d'expérimentateur, adepte de l'archet dont il maîtrise la technique, et d'un panel de modes de jeu étendu (baguette, mailloches, préparation des cordes, résonances, percussions...) auxquels il ajoute parfois sa propre voix.

 

instagram

thèmes

désir  Joséphine Baker  Hélène Labarrière  Otis Taylor  médiapart  discussions  hip-hop  Jemeel Moondoc Quartet  label nato  free  conférence  #Bernard Lubat  battle  Mulatu Astake  tony allen  Amiri Baraka  Selma  soul music  arte  Tony Malaby 

historique

2016
2015
2014
2004
Domaine départemental Chérioux
4 route de Fontainebleau
94407 VITRY SUR SEINE CEDEX
Billetterie : 01 46 87 31 31
Administration : 01 41 73 11 65
Inscrivez-vous
à notre NEWSLETTER