Français
English

Actus

lundi 2 février
CODY CHESNUTT // LAFRAE SCI AND THE 13TH AMENDMENT ?

LAFRAE SCI AND THE 13TH AMENDMENT?


LAFRAE SCI BATTERIE, DIRECTION / MAZZ SWIFT VIOLON, VOIX / MICAH GAUGH SAXOPHONE, VOIX / BRANDEE YOUNGER HARPE / ALEX BLAKE BASSE


" LaFrae Sci and The 13th Amendment ? " est une petite perle de la nouvelle musique new-yorkaise, qui va donner à Sons d'hiver son tout premier concert en Europe. Fondé il y a trois ans par la batteuse et l'activiste LaFrae Sci, ambassadrice culturelle pour le compte du département d'État Américain, elle a donné de nombreux ateliers autour du gospel, du blues, de l'improvisation. L'ensemble des musiciens qui forment " LaFrae Sci and The 13th Amendment ? " s'inscrivent dans la mouvance de la Black Rock Coalition, sur un spectre riche de toutes les couleurs des musiques actuelles d'origines afro-américaines. Leur musique est ainsi un subtil mélange de gospel, de blues, de jazz, de rock et d'électro, retravaillé par le sel mercuriel de l'improvisation. Reprenant des classiques du fond des temps tel le negro spiritual Wade in the Water, ou des temps modernes telle la composition Fables of Faubus de Charles Mingus, ils se réfèrent ensemble, dans une démarche qui conjugue histoire musicale et histoire sociale, au treizième amendement de la constitution américaine, celui qui a aboli l'esclavage, celui du rêve d'affranchissement de toute barrière entre les hommes, entre les musiques. Et le point d'interrogation final, derrière le nom du groupe, nous invite à réfléchir : est-ce que tout a été fait en ce sens ? Tout reste-t-il à faire ?

La distribution de l'orchestre vaut également qu'on la détaille. La violoniste Mazz Swift, instrumentiste et improvisatrice hors pair, est aussi une chanteuse remarquable, aussi à l'aise pour interpréter des œuvres de musique contemporaine que pour se livrer corps et âme à la musique traditionnelle irlandaise, ou pour se mélanger à la tribu Burnt Sugar et à la famille du Vision Festival. D'autres cordes soutiennent son chant, celles de la jeune harpiste Brandee Younger, à découvrir, qui a déjà eu l'occasion de se produire avec Ravi Coltrane, Common, Talib Kweli ou Drake, tout en mettant son talent au service des compositions de Fauré ou de Ravel avec le Harlem Chamber Music. Le bassiste panaméen Alex Blake apportera son expérience du rythme, fichant dans le sol un son de contrebasse qui a porté et transporté les orchestres de Mc Coy Tyner, Pharoah Sanders, Frank Lowe, Célia Cruz, Mongo Santamaria... et surtout son grand ami Randy Weston. Micah Gaugh est l'expressivité faite homme ou saxophone, avec un son tremblé, frémissant, à nul autre pareil. " LaFrae Sci and The 13th Amendment ? " : une nouvelle assemblée constituante de musiciens décidément créateurs, prêts à redéfinir les règles du jeu.

 

 

 

 

CODY CHESNUTT


Cody ChesnuTT est la révélation " soul " de ces dernières années.

Assister à l'un de ses concerts est comme participer à une fête, un festin, avec Aretha Franklin, Nina Simone, Stevie Wonder, Marvin Gaye, Curtis Mayfield ou Fela pour figures tutélaires. Sa notoriété, Cody ChesnuTT ne la doit pourtant à aucun parrainage sensationnel, à aucun plan média de « conquête du marché », mais à la sincérité d'une expression artistique qui connaît ses classiques et se connaît elle-même. A 45 ans, celui qui ne dédaigne pas non plus lorgner vers le rock, comme avec son premier groupe The Crosswalk, ne compte que deux disques sous son nom, dans lesquels sa voix puissante et chaleureuse, riches en nuances de l'assourdi à l'éclatant, fait chaque fois merveille.

 

Originaire d'Atlanta, Cody ChesnuTT sillonne d'abord la Californie dans les années 90, sans succès. Lorsque, en 2002, The Roots reprennent son titre " The Seed ", le public et la critique tendent enfin l'oreille vers l'auteur de la chanson. Mais un silence de dix années suit encore, ChesnuTT ne voulant pas céder aux injonctions et prescriptions de l'industrie de la musique. Il se retire même dans une petite ville du nord de la Floride pour vivre sereinement, et réfléchir à sa vie, à son art. En 2013, fort de cette maturation, il sort enfin son deuxième disque, " Landing on a Hundred ", immédiatement considéré comme un chef d'œuvre. Enregistré dans les Royal Studios de Memphis, jadis fréquenté par Al Green, le disque trouve naturellement sa place dans la grande lignée de la soul (non sans malice, Cody ChesnuTT aime à rappeler qu'il faut mettre de la soul dans la musique mainstream, puisqu'elle a perdu son âme...). Compositeur subtil, le chanteur fait évoluer son art en poursuivant les échanges avec le gospel, le rhythm'n blues, le rock et la folk, sur des textes d'une vraie qualité littéraire et dotés d'une clairvoyance, sur les plans culturels et politiques, qui renvoient les « divas » du genre à leur insipidité. Les thèmes de prédilection de Cody ChesnuTT relèvent même de l'immémoriale tradition du blues : toutes les dimensions de la vie quotidienne et de ses vies parallèles, la misère sociale battue en brèche par l'espoir battu en brèche par la misère sociale, la solitude et l'amour, les relations entre les hommes et les femmes... Pour ce dernier thème, il tient même à écrire des chansons que ses enfants puissent écouter, la vulgarité convenue de tant de chansons de r'n'b ou de rap l'insupportant. Sa soul spirituelle refuse tous les clichés, prétendument provocateurs, d'une musique moins populaire que commerciale, soumise au " show business ". Ce dont témoigne également sa grande générosité sur scène, ses rapports avec un public qu'il ne flatte pas, qu'il respecte. Homme de parole(s), et de convictions, Cody ChesnuTT a même refusé le mirobolant contrat d'un million de dollars que lui proposait une Major, ou le sponsoring d'une boisson énergisante qu'il jugeait dangereuse pour la santé, mettant en adéquation ses prises de position et ses actes. Farouche partisan de la véritable liberté individuelle et artistique, profession de foi qu'il n'hésite pas à faire et refaire pendant ses concerts, il sait aussi se jouer des codes du spectacle, arborant sur scène un casque militaire repeint aux vives couleurs de la vie. Autant de raisons de participer à notre tour à cette fête, ce festin.

 

 

 

 

LE CONCERT DE CODY CHESNUTT ET LAFRAE SCI LE 7/02 À VILLEJUIF, EN SAVOIR PLUS ICI.

instagram

thèmes

poétique noire  cine concert  rodolphe burger  Conduction  the half breed  Toni Green  soul  #Bernard Lubat  photos concerts  edim  The bridge #11  newman taylor baker  in the land of the head hunters  Muhal Richard Abrams  Hypnotic Brass Ensemble  tony allen  folk  Ambrose Akinmusire  Great Black Music  Jason Moran 

historique

2016
2015
2014
2004
Domaine départemental Chérioux
4 route de Fontainebleau
94407 VITRY SUR SEINE CEDEX
Billetterie : 01 46 87 31 31
Administration : 01 41 73 11 65
Inscrivez-vous
à notre NEWSLETTER