Français
English

Actus

mardi 3 février
RABIH ABOU - KHALIL

RABIH ABOU-KHALIL


RABIH ABOU-KHALIL OUD / LUCIANO BIONDINI ACCORDEON / JARROD CAGWIN PERCUSSION

 

Vers le milieu des années 80, le libanais Rabih Abou-Khalil a fait irruption dans le monde du jazz avec une singularité d'emblée reconnue en tant que telle, tant sa musique, sans céder aux mirages d'aucune " fusion ", assumait et ouvrageait une très volontaire disparité de formes et d'influences. Au fil des années et des nombreux albums, dont il veille toujours à contrôler la production, Rabih Abou-Khalil nous interpelle, avec le son si particulier du oud, en cultivant la mémoire et l'imaginaire de la tradition orientale.

Toutefois, il ne faut pas oublier non plus que Rabih Abou-Khalil a étudié, au Conservatoire de Munich, la musique classique européenne, et qu'il est lui-même le produit de plusieurs cultures. Ce qui lui fait dire : « C'est quoi le jazz, si ce n'est la rencontre de plusieurs cultures ? J'écris des compositions qui n'ont rien de jazz, formellement, même si elles sont sans doute inspirées par le jazz, comme par la musique arabe ou par le calypso... ». Vaste programme, donc, de rencontres créatives, qui évitent l'exotisme de bon aloi et débouchent sur des compositions " non-conventionnelles ". Rabih Abou-Khalil affectionne particulièrement les rythmes complexes, leur vivacité, leurs sortilèges. Dietmar Wiesner, le flûtiste de l'Ensemble Modern de Francfort, pour lequel Abou-Khalil a composé (comme il a composé pour le Kronos Quartet) explique très bien les caractéristiques de sa musique : « Des séquences rythmiques saccadées incroyablement délicates qui s'assemblent en chapelets mélodiques, flottent continuellement, et jamais ne semblent vouloir se poser. Et qui acquièrent un charme et une force d'attraction inouïs. Pendant que nous travaillions avec Rabih, les mots d'Herbert Von Karajan me revenaient inévitablement : ne pas jouer la mesure, aller au-delà de la mesure ».

 

Lors de ce concert qu'il donnera au théâtre Claude Lévi-Strauss du musée du quai Branly, Rabih Abou-Khalil se produira en trio. Une forme orchestrale qu'il pratique peu, mais qui lui permettra certainement d'explorer d'une manière originale et condensée ce qui a toujours fait sa spécificité artistique : ce savant dosage de surprise rythmique et mélodique, une énergie nourrie d'évocations poétiques, à la fois grave et lumineuse. A ses côtés, deux musiciens de son Quintet Méditerranéen. L'accordéoniste italien Luciano Biondini, très grand virtuose de l'instrument, profondément ancré dans cette culture méditerranéenne dont toutes les facettes musicales se prêtent aux compositions les plus audacieuses de Rabih Abou-Khalil. Et le batteur et percussionniste Jarrod Cagwin, l'Américain aujourd'hui Stambouliote, joueur de tambour sur cadre, garant de la circulation et de la diligence des rythmes.

 

 

LE CONCERT DE RABIH ABOU-KHALIL LE 8/02 AU MUSEE DU QUAI BRANLY PARIS 7eme, EN SAVOIR PLUS ICI.

instagram

thèmes

mulatu astatke  Hasse Poulsen  michael zerang  Caroline  joshua abrams  Nasheet Waits  afro-punk  Matthias Lehmann  uzeste  rodolphe burger  Tout-Monde  teaser Sdh  Martin Lartigue  daunik lazro  #Culturebox  électro  free jazz  discussions  sons d hiver  matthew shipp 

historique

2016
2015
2014
2004
Domaine départemental Chérioux
4 route de Fontainebleau
94407 VITRY SUR SEINE CEDEX
Billetterie : 01 46 87 31 31
Administration : 01 41 73 11 65
Inscrivez-vous
à notre NEWSLETTER